La guerre culturelle autour de « l’esprit olympique »

Tokyo 2020 a été le cadre de la confrontation entre l’excellence sportive et l’absurdité de la culture woke, affirme Mike Hume dans Atlantico.

Comme beaucoup d’entre nous l’avaient espéré, les Jeux olympiques de Tokyo ont été illuminés par des performances sportives extraordinaires qui ont dépassé toutes les prédictions de malheur faites avant les Jeux. Pourtant, comme certains d’entre nous l’avaient craint, Tokyo 2020 est également devenu un champ de bataille politique où l’esprit de la culture woke s’est déchaîné, perturbant les Jeux. Nous assistons à une guerre culturelle sur la signification de l' »esprit olympique ».

La piste d’athlétisme de Tokyo a été enflammée par plusieurs nouvelles étoiles flamboyantes. […]

Jusqu’ici, tout est olympique. Pourtant, au milieu de tout cet or sportif scintillant, il y a aussi eu beaucoup de déchets culturels et d’absurdités politiques, car Tokyo a répondu aux attentes de ceux qui voulaient que ce soit les « Jeux olympiques du peuple ». Il y a trop de choses de ce genre pour les mentionner ici, bien que l’on puisse citer l’accent mis continuellement par les médias sur la santé mentale apparemment fragile des concurrents plutôt que sur leurs forces athlétiques et psychologiques, et la tentative de mettre l’accent sur leur identité culturelle plutôt que sur leurs performances sportives.

Il s’agit ni plus ni moins d’une guerre des cultures sur la véritable signification de l' »esprit olympique ». Il y a toujours eu une tension dans ce concept, depuis qu’il a été défini pour la première fois par le baron de Coubertin, fondateur français des Jeux olympiques modernes. Le baron a déclaré que « l’important aux Jeux olympiques n’est pas de gagner mais de participer, tout comme dans la vie, ce qui compte n’est pas la victoire mais la lutte ». Pourtant, Coubertin a également inventé la devise latine des Jeux olympiques (prétendument « empruntée » à un prêtre amateur d’athlétisme), « Citius, Altius, Fortius »« Plus vite, plus haut, plus fort », qui met évidemment l’accent sur la victoire et le fait d’être le meilleur.

Cette tension sur la signification de l’esprit olympique a été exacerbée à Tokyo par l’épais nuage de la culture woke qui a enveloppé les Jeux. Non seulement l’aspect « participation » a été élevé au-dessus de l’aspect « victoire », mais il a également été réécrit. Ce qui importe vraiment cette fois-ci, semble-t-il, ce n’est pas seulement la participation, mais aussi « qui participe », l’accent étant mis sur l’identité raciale, sexuelle, de genre ou autre des concurrents. Et la « lutte » qui attire toute l’attention n’est pas la lutte sportive de Coubertin, mais les luttes contre l’oppression, le privilège des Blancs, la transphobie et la protection de leur santé mentale, dans lesquelles semblent s’être engagés de nombreux concurrents de Tokyo.

Nous avons ainsi assisté à la transformation de la superstar américaine de la gymnastique, Simone Biles, qui est passée du statut de « poster girl » des Jeux olympiques à celui de « poster girl » de la culture thérapeutique, après avoir abandonné plusieurs épreuves en invoquant des problèmes de santé mentale. Le problème ici, comme l’a fait remarquer Brendan O’Neill sur Spiked, n’est pas tant la décision personnelle de Biles que les louanges qui lui ont été adressées pour s’être retirée — et la bile ensuite adressée à quiconque s’est demandé si c’était la façon pour une championne olympique de défendre ses titres. Dans le même ordre d’idées, lorsque la canoéiste britannique Mallory Franklin a remporté l’argent, les médias se sont surtout intéressés aux « tourments du perfectionnisme » dont elle avait apparemment souffert.

Il y a eu aussi les éloges sans réserve de Laurel Hubbard, l’haltérophile transgenre qui a été autorisée à participer à la compétition féminine. La BBC a publié une hagiographie en ligne de 3 000 mots sur cette « pionnière réticente », accompagnée d’affirmations douteuses d’experts selon lesquelles il n’existe pas vraiment de preuves tangibles d’une différence entre les athlètes masculins et féminins dans les sports de force et de vitesse. (Tous ceux qui ont regardé les hommes et les femmes concourir dans les épreuves de relais mixte à Tokyo pourraient être d’un avis différent, en se basant uniquement sur leurs propres observations). Lorsque des lecteurs ont posté des commentaires mettant en doute le fondement scientifique de la propagande pro-Hubbard de la BBC, cette dernière les a même menacés de les dénoncer à la police pour avoir exprimé leur haine.

La signification de « gagner » dans l’esprit olympique est effectivement en train d’être redéfinie. Ainsi, le retour de Biles à la troisième place de l’épreuve de la poutre a été salué dans les grands titres comme son « triomphe ». Peu importe qu’on s’attende à ce qu’elle remporte de nouveau les multiples médailles d’or qu’elle avait remportées aux derniers Jeux de Rio — ce qui importait le plus aux médias et à son fan club sur les réseaux sociaux, c’était que Biles ait suffisamment gagné sa « lutte » contre ses démons de santé mentale pour pouvoir monter sur la poutre. Le nom de la jeune prodige chinoise de 16 ans qui a remporté la médaille d’or à la finale de la poutre a à peine été mentionné. (Il s’agit de Guan Chenchen, au cas où cela intéresserait quelqu’un.)

Il y a également eu le spectacle de deux sauteurs en hauteur, l’Italien Gianmarco Tamberi et le Qatari Mutaz Barshim, qui ont accepté de partager la médaille d’or plutôt que d’affronter un barrage pour déterminer le vainqueur. Cette concession presque sans précédent a été largement saluée comme une grande preuve d’esprit sportif et « le véritable esprit olympique ». Pardonnez-nous, vieux grincheux, qui y ont vu plutôt une mise en bouteille d’une compétition sportive au moment le plus important. « C’est au-delà du sport », a déclaré Barshim, « c’est le message que nous transmettons à la jeune génération ». Je préférerais qu’ils s’inspirent de l’exemple du coéquipier italien de Tamberi, Marcell Jacobs, qui a remporté l’or au 100 mètres contre toute attente, quelques instants après que les sauteurs en hauteur se soient dérobés sous la barre.

Cette dérive woke n’est pas le fruit d’un élan spontané de la part des athlètes. Elle a été encouragée, voire institutionnalisée, du haut en bas de l’échelle, par les autorités olympiques, les géants des médias et les entreprises sponsors. Le Comité international olympique a même ajouté un quatrième mot à sa devise « Citius, Altius, Fortius » : « Communis », qui signifie « ensemble », dans une tentative apparente de capturer l’esprit « nous sommes tous blottis dans le bunker » de l’ère du Covid. Comme je l’ai noté précédemment sur Spiked : « Un sentiment louable pour les relations publiques, sans aucun doute, mais ce n’est pas l’esprit communautaire qui a poussé les héros olympiques passés à établir de nouvelles normes d’athlétisme humain à travers une compétition acharnée sur la piste. »

Les patrons olympiques ont également modifié leurs propres règles avant Tokyo afin d’autoriser pour la première fois les gestes politiques du type « genou à terre ». Ils ont insisté sur le fait que les cascades politiques seraient toujours interdites sur les podiums, mais la lanceuse de poids américaine Raven Saunders a été immédiatement saluée plutôt que punie lorsqu’elle a croisé les bras au-dessus de sa tête en recevant sa médaille d’argent. Le sentiment qui sous-tend sa protestation ne semble pas avoir froissé beaucoup de plumes en haut lieu. « C’est le point de rencontre de toutes les personnes opprimées », a déclaré Saunders lorsqu’on lui a demandé ce que signifiait le croisement des bras.

La forme sûre et conformiste des gestes politiques woke à Tokyo a été confirmée par inadvertance par la médaillée d’argent Emily Campbell qui, après avoir remporté la toute première médaille britannique en haltérophilie féminine, a déclaré qu’elle aimerait « remercier le NHS » pour l’avoir aidée à y parvenir.

Mais bon. Espérons que les derniers jours des Jeux apporteront d’autres exploits sportifs spectaculaires pour remettre toutes ces absurdités à leur place. Comme le disait le baron de Coubertin à propos de sa devise olympique originale, « Plus vite, plus haut, plus fort », « Ces trois mots représentent un programme de beauté morale. L’esthétique du sport est immatérielle ». La beauté morale et l’esthétique immatérielle de l’excellence sportive sont toujours notre meilleur espoir de dissiper les nuages de bêtises politico-culturelles qui planent sur les Jeux olympiques.

L’esprit olympique combatif a été parfaitement saisi par la Néerlandaise Sifan Hassan qui, après avoir chuté et avoir été laissée à la traîne à la fin de sa course de 1 500 mètres, s’est relevée et est revenue pour gagner la course — et a ensuite remporté l’or au 5 000 mètres, avec la possibilité d’en gagner deux autres. C’est mon genre d’héroïne olympique qui marque l’histoire.

https://cdn-s-www.lejsl.com/images/FB763FA0-3597-4F2B-83BA-0288E9008EE8/NW_raw/sifan-hassan-a-remporte-le-5000-m-quelques-heures-apres-sa-qualification-en-demi-finale-du-1500-m-photo-jewel-samad-afp-1627909925.jpg
Sifan Hassan.

Source : « La guerre culturelle autour de l »esprit olympique' », Atlantico, 7 août 2021 (article publié initialement dans Spiked.
L’auteur : Mick Hume est un chroniqueur de Spiked. Son dernier livre, Revolting ! How the Establishment is Undermining Democracy — and What they’re Afraid of, est publié par William Collins.

Auteur : Gabriel des Moëres

Vieux gaulliste, républicain exigeant, humaniste et conservateur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s