Les Blancs existent encore, et c’est un problème

Dans cet article, Robert Redfield pose avec courage la problématique ultime : par leur simple présence après des millénaires de conquêtes, de migrations et d’opportunités de métissage, si les Blancs sont toujours là, c’est la preuve de leur endogamie et, partant, de leur racisme.

Avez-vous déjà fait un tour à l’épicerie, au gymnase ou au parc et vu une personne blanche ? Avez-vous vu une personne blanche dans votre quartier ou dans votre groupe d’amis ? Lisez-vous des livres ou des articles de magazine et voyez-vous des noms blancs imprimés sur les pages ?

Moi aussi, et c’est un problème grave.

Où que j’aille et quoi que je fasse, je vois toujours une personne blanche ou je lui parle. Ces derniers temps, plus que jamais, j’ai réfléchi à une chose : pourquoi ?

Pourquoi les blancs sont-ils encore là ? Pourquoi sont-ils si nombreux ? Pourquoi existent-ils encore ?

La réponse, indubitablement, est le racisme.

La raison pour laquelle les blancs existent encore, à quelque titre que ce soit, en dehors des segments génétiques arbitraires, n’est due à rien d’autre qu’à un racisme strict, haineux, de primogéniture, et cela ne peut plus être nié.

Considérez un instant ce qui suit :

Les blancs ont été exposés aux PoC1 depuis avant le Moyen Age. Les Romains ont occupé et conquis des parties de l’Afrique et du Moyen-Orient, et Alexandre le Grand (blanc) a fait de même avant eux. Christophe Colomb a débarqué en Amérique du Nord en 1492 et les Vikings, bien avant. Pourquoi, après tout ce temps, les blancs n’ont-ils pas choisi d’aimer et de se reproduire avec les PoC ? Ce n’est pas la proximité — c’est clair. Alors, qu’est-ce que c’est si ce n’est du racisme ?

Après plus de deux mille ans d’exposition, les blancs ont toujours choisi d’aimer et de se reproduire, principalement, avec leur propre espèce. Ils ont fait le choix conscient de suivre leur propre cœur blanc et maléfique au lieu de faire ce qu’il faut et de se reproduire avec des PoC pour s’assurer que tous les gens sont PoC. Le choix conscient de maintenir l’ADN blanc est raciste.

Point final.

Vous voyez où je veux en venir ?

L’existence même des blancs est un acte de suprématie et d’agression. Si les blancs étaient aussi « tolérants » et « progressistes » qu’ils le prétendent, ils n’existeraient tout simplement plus. Ils se donneraient pour priorité d’effacer leur passé haineux et oppressif en effaçant leur moi haineux et oppressif. Ils ont eu plus de deux mille ans pour prouver qu’ils sont les alliés des PoC.

Ils ne le sont pas.

La couleur génétique de la peau peut changer en cinq générations. Des blancs aux PoC, le monde entier pourrait être racialement égal en cent cinquante ans.

Pour remédier à cette dégoûtante violation des droits de l’homme et offrir à tous les suprémacistes blancs — parce qu’ils sont tous des suprémacistes blancs — une chance de s’assimiler, je fais cette modeste proposition :

1. Interdire toute future reproduction de blancs

Afin d’assurer la prolifération des PoC, nous devons d’abord interdire la prochaine génération de blancs. Cela peut et doit être fait par le biais de la législation. Cependant, étant donné que la plupart de nos gouvernements et de nombreux autres gouvernements sont dirigés par des suprématistes blancs, cela devra être fait par le biais de l’activisme social et de la pression. Les dissidents sociaux seront publiquement humiliés et ridiculisés, annulés ou carrément boycottés. Afin d’acquérir la pertinence sociale nécessaire pour exercer une telle pression, tous les cas de racisme et de discrimination potentiels ou perçus doivent être reconnus et expiés sur la scène mondiale. Cela sera difficile et prendra de nombreux mois, voire des années. Ne vous laissez pas décourager ; nous pouvons et nous allons obtenir le pouvoir législatif. Et lorsque nous y parviendrons, cette question figurera en tête de liste des tâches à accomplir.

L’existence même des blancs est une menace pour notre existence, la première étape du nettoyage social doit être une interdiction pure et simple. Cela ne peut être ignoré plus longtemps. L’existence des blancs est la suprématie des blancs.

2. Dissoudre toutes les relations actuelles des blancs

Après l’interdiction des enfants blancs, nous devons interdire les relations blanches en général. Cela inclut les conjoints, les amis, les collègues et les familles. Permettre aux blancs d’avoir des relations étroites leur permet également de croire que ces relations sont justifiées. Après tout, ce sont ces mêmes relations qui ont conduit à la torture et aux malheurs auxquels les PoC ont toujours été confrontés. Permettre les relations entre blancs permet l’oppression des blancs. Permettre les relations entre blancs, à quelque titre que ce soit, ne fait que renforcer la mentalité suprématiste.

Après la criminalisation de la fraternisation blanche, toutes les relations blanches seront considérées comme des actes de terrorisme contre les PoC. Parce que les blancs sont si clairement dédiés à la préservation de leur propre race, ils protesteront et se mobiliseront contre cela. La punition pour avoir enfreint les édits de notre nouveau système légal est discutée plus en détail dans la partie 5.

3. Rééduquer tous les enfants blancs actuels

Parce que les enfants blancs existent déjà (malheureusement), ils doivent être rééduqués dans le nouvel ordre mondial. Au lieu de les laisser grandir au sein d’unités familiales qui ne font que favoriser et renforcer leurs complexes de suprématie innés, ils devront grandir dans des camps. Dans ces camps, on n’enseignera pas l’histoire, les mathématiques ou les sciences aux blancs. Leur éducation commencera par l’année 1619 et aboutira à la pénitence sociale actuelle qu’ils ont le privilège de payer. Pendant leur séjour dans le camp, les blancs travailleront et fabriqueront des biens communs dont les PoC opprimés ont toujours été privés — vêtements, nourriture et ressources naturelles. Tout l’argent « gagné » par l’adolescent blanc sera pris et redistribué aux PoC à titre de réparation.

À l’âge de 18 ans, le blanc sera libéré avec une étiquette et un numéro uniques à des fins de suivi/contrôle. Cette étiquette et ce numéro détermineront où le blanc pourra travailler, faire des achats, vivre et se rassembler. Après leur éducation dans les camps, tous les gains/appartenances futurs seront partiellement redistribués à titre de réparations. Bien qu’il soit tentant de prendre tous les gains/appartenances à titre de réparations, le coût associé au maintien en vie et au logement des blancs serait trop important. Ce problème est toutefois abordé dans notre solution finale (qui doit encore être publiée, mais qui est en cours de révision).

4. Légiférer sur toutes les relations futures avec des blancs

Parce que ce groupe d’enfants blancs sera le dernier, leurs relations seront contrôlées par la loi. Les enfants, tant dans le camp qu’après leur libération, ne se parleront pas et n’auront pas de relations entre eux. Quand/si un PoC pardonnant choisit de tolérer la compagnie sexuelle de ces quelques derniers blancs, cela se fera entièrement sur le consentement du PoC. Comme une partie de la pénitence des Blancs consiste à se reproduire avec des PoC, ils n’auront pas le choix — par la loi. Le blanc naîtra/se reproduira et rien de plus ; les PoC ne seront pas élevés par des parents blancs.

Tous les blancs actuels seront forcés de dissoudre leurs relations — discuté dans la partie 2 — et ne prendront de nouveaux partenaires/amis romantiques qu’à la demande d’un PoC intéressé. Tout acte de charité, de grâce, ou d’absolution sur le blanc ne sera pas toléré. Il s’agit d’une pénitence qui ne peut être remboursée, et qui doit donc être appliquée ad libitum. Bien que les PoCs puissent ressentir le besoin d’être gentils ou amicaux envers les blancs, nous nous y opposons fermement. Le blanc vit pour détruire et miner le PoC. Il n’y a pas de blanc sûr.

5. Punir les apostats

Parce qu’il y aura toujours des rebelles et des dissidents, des mesures punitives strictes seront mises en place. Si un blanc est surpris en train de forniquer, de parler, d’aimer ou de s’attacher à un autre blanc, à quelque degré que ce soit, il purgera une pénitence permanente dans les camps de rééducation. La pénitence comprendra des travaux forcés, l’exécution de tâches subalternes et un jeûne prolongé. Une personne blanche accusée de délits multiples ou répétés sera exécutée publiquement. Toute progéniture cachée issue du blanc incriminé sera également exécutée.

Il est clair, au vu du nombre de blancs qui existent encore, que c’est la voie que nous devons suivre. Les blancs cherchent à tout prix la destruction oppressive des PoC — ce qui est évident de par leur existence même. Ils ne sont pas des alliés. Ils ne sont pas vos amis. Si les blancs se souciaient réellement de leur sort, ils l’auraient fait eux-mêmes depuis longtemps.

L’existence des blancs est la suprématie des blancs.

C’est ainsi que nous atteignons l’inclusion totale.

C’est comme ça que nous devenons égaux.

__________
1. PoC signifie « Person of Color » en anglais et désigne donc les personnes de couleur.

Source : Robert Redfield, « White People Still Exist. And That’s a Problem. », Medium, 2 août 2021.

Nota bene : cet article est bien évidemment satirique.

Auteur : Estielle Madmarx

Je suis synthèse de toutes les minorités opprimées, vecteur de leurs luttes, garant de leur bien et avant-garde éveillée sur le chemin du monde d'après.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s