« Mon université a sacrifié les idées pour l’idéologie. Alors aujourd’hui, je démissionne. »

Professeur de philosophie à l’université de l’Etat de Portland, depuis une dizaine d’années, Peter Boghossian a adressé à son doyen une lettre de démission dans laquelle il explique que l’établissement est devenu un lieu où la liberté de pensée n’est plus défendue, quand elle n’est pas même combattue. Il relate l’intolérance, les intimidations, les représailles. La « culture » woke dans toute sa splendeur. Voici la traduction de sa lettre, qui forme un témoignage édifiant et important.

Chère doyenne Susan Jeffords,

Je vous écris aujourd’hui pour démissionner de mon poste de professeur adjoint de philosophie à la Portland State University.

Au cours de la dernière décennie, j’ai eu le privilège d’enseigner à l’université. Mes spécialités sont la pensée critique, l’éthique et la méthode socratique, et j’enseigne des cours tels que Science et pseudo-science et La philosophie de l’éducation. Mais en plus d’explorer les philosophes classiques et les textes traditionnels, j’ai invité un large éventail de conférenciers à s’exprimer dans mes cours, des spécialistes de la terre plate aux apologistes chrétiens, en passant par les sceptiques du climat mondial et les défenseurs de Occupy Wall Street. Je suis fier de mon travail.

J’ai invité ces conférenciers non pas parce que j’étais d’accord avec leur vision du monde, mais surtout parce que je ne l’étais pas. De ces conversations désordonnées et difficiles, j’ai vu le meilleur de ce que nos élèves peuvent accomplir : remettre en question les croyances tout en respectant les croyants, rester d’humeur égale dans des circonstances difficiles et même changer d’avis.

Je n’ai jamais cru — et je ne crois toujours pas — que le but de l’enseignement était de conduire mes élèves à une conclusion particulière. J’ai plutôt cherché à créer les conditions d’une réflexion rigoureuse, à les aider à acquérir les outils nécessaires à la recherche de leurs propres conclusions. C’est pour cela que je suis devenu enseignant et que j’aime enseigner.

Mais, brique par brique, l’université a rendu impossible ce type d’exploration intellectuelle. Elle a transformé un bastion de la libre recherche en une usine de justice sociale dont les seuls intrants sont la race, le sexe et la victimisation et dont les seuls extrants sont les griefs et la division.

On n’apprend pas aux étudiants de Portland State à penser. Ils sont plutôt formés à imiter la certitude morale des idéologues. Le corps professoral et les administrateurs ont renoncé à la mission de recherche de la vérité de l’université et encouragent plutôt l’intolérance à l’égard des croyances et opinions divergentes. Cela a créé une culture de l’offense où les étudiants ont désormais peur de parler ouvertement et honnêtement.

J’ai remarqué des signes de l’illibéralisme qui a maintenant complètement englouti l’académie assez tôt pendant mon séjour à Portland State. J’ai vu des étudiants refuser de s’engager dans des points de vue différents. Lors des formations sur la diversité, les questions des professeurs qui remettaient en cause les récits approuvés étaient instantanément rejetées. Ceux qui demandaient des preuves pour justifier les nouvelles politiques institutionnelles étaient accusés de microagressions. Et des professeurs ont été accusés de sectarisme pour avoir attribué des textes canoniques écrits par des philosophes qui se trouvaient être européens et de sexe masculin.

« Brique par brique, l’université a rendu impossible ce type d’exploration intellectuelle. Elle a transformé un bastion de la libre recherche en une usine de justice sociale dont les seuls intrants sont la race, le sexe et la victimisation et dont les seuls extrants sont les griefs et la division. »

Peter Boghossian.

Au début, je n’ai pas réalisé à quel point c’était systémique et j’ai cru que je pouvais remettre en question cette nouvelle culture. J’ai donc commencé à poser des questions. Quelles sont les preuves que les avertissements de déclenchement et les espaces sécurisés contribuent à l’apprentissage des élèves ? Pourquoi la conscience raciale devrait-elle être la lentille à travers laquelle nous considérons notre rôle d’éducateur ? Comment avons-nous décidé que « l’appropriation culturelle » est immorale ?

Contrairement à mes collègues, j’ai posé ces questions à voix haute et en public.

J’ai décidé d’étudier les nouvelles valeurs qui engloutissaient Portland State et tant d’autres institutions éducatives — des valeurs qui semblent merveilleuses, comme la diversité, l’équité et l’inclusion, mais qui pourraient en fait être tout le contraire. Plus je lisais le matériel de source primaire produit par les théoriciens critiques, plus je soupçonnais que leurs conclusions reflétaient les postulats d’une idéologie, et non des idées fondées sur des preuves.

J’ai commencé à travailler en réseau avec des groupes d’étudiants qui avaient les mêmes préoccupations et j’ai fait venir des conférenciers pour explorer ces sujets d’un point de vue critique. Et il m’est apparu de plus en plus clairement que les incidents d’illibéralisme dont j’avais été témoin au fil des ans n’étaient pas des événements isolés, mais faisaient partie d’un problème à l’échelle de l’institution.

Plus je m’exprimais sur ces questions, plus je faisais face à des représailles.

Au début de l’année académique 2016-2017, un ancien étudiant a porté plainte contre moi et l’université a ouvert une enquête au titre IX1. Mon accusateur, un homme blanc, a porté une série d’accusations sans fondement à mon encontre, dont les règles de confidentialité de l’université m’interdisent malheureusement de parler davantage. Ce que je peux partager, c’est que des étudiants à moi qui ont été interrogés au cours de la procédure m’ont dit que l’enquêteur du titre IX leur a demandé s’ils savaient que je battais ma femme et mes enfants. Cette accusation horrifiante est rapidement devenue une rumeur répandue.

Dans le cadre des enquêtes menées en vertu du titre IX, il n’y a pas de procédure régulière. Je n’ai donc pas eu accès aux accusations particulières, je n’ai pas eu la possibilité de confronter mon accusateur et je n’ai pas eu l’occasion de me défendre. Finalement, les résultats de l’enquête ont été révélés en décembre 2017. Voici les deux dernières phrases du rapport : « Global Diversity & Inclusion estime qu’il n’y a pas suffisamment de preuves que Boghossian a violé la politique de PSU en matière de discrimination et de harcèlement interdits. GDI recommande que Boghossian reçoive un coaching. »

Non seulement il n’y a pas eu d’excuses pour les fausses accusations, mais l’enquêteur m’a également dit qu’à l’avenir, je n’étais pas autorisé à rendre mon opinion sur les « classes protégées » ou à enseigner de manière à ce que mon opinion sur les classes protégées puisse être connue — une conclusion bizarre à des accusations absurdes. Les universités peuvent imposer une conformité idéologique par la seule menace de ces enquêtes.

J’ai fini par être convaincu que des corps d’érudition corrompus étaient responsables de la justification d’écarts radicaux par rapport au rôle traditionnel des écoles d’arts libéraux et à la civilité de base sur le campus. Il était urgent de démontrer que les articles moralement à la mode — aussi absurdes soient-ils — pouvaient être publiés. J’ai alors cru qu’en exposant les failles théoriques de ce corpus de littérature, je pourrais aider la communauté universitaire à éviter de construire des édifices sur un terrain aussi bancal.

Ainsi, en 2017, j’ai co-publié un article intentionnellement brouillé, soumis à l’examen des pairs, qui visait la nouvelle orthodoxie. Son titre : « Le pénis conceptuel comme une construction sociale ». Cet exemple de pseudo-scholarship, qui a été publié dans Cogent Social Sciences, soutenait que les pénis étaient des produits de l’esprit humain et qu’ils étaient responsables du changement climatique. Immédiatement après, j’ai révélé que l’article était un canular destiné à mettre en lumière les failles des systèmes d’examen par les pairs et de publication universitaire.

Peu de temps après, des croix gammées portant mon nom ont commencé à apparaître dans deux salles de bains près du département de philosophie. Elles sont également apparues occasionnellement sur la porte de mon bureau, accompagnées dans un cas de sacs d’excréments. Notre université est restée silencieuse. Lorsqu’elle a agi, c’était contre moi, pas contre les auteurs de ces actes.

J’ai continué à croire, peut-être naïvement, que si j’exposais la pensée défectueuse sur laquelle les nouvelles valeurs de Portland State étaient fondées, je pourrais secouer l’université de sa folie. En 2018, j’ai copublié une série d’articles absurdes ou moralement répugnants évalués par des pairs dans des revues axées sur les questions de race et de genre. Dans l’un d’eux, nous soutenions qu’il y avait une épidémie de viols de chiens dans les parcs à chiens et proposions de mettre en laisse les hommes comme on met en laisse les chiens. Notre objectif était de montrer que certains types d' »érudition » ne sont pas fondés sur la recherche de la vérité mais sur l’avancement de griefs sociaux. Cette vision du monde n’est pas scientifique et n’est pas rigoureuse.

Les administrateurs et les professeurs ont été tellement irrités par ces articles qu’ils ont publié un article anonyme dans le journal étudiant et que Portland State a porté plainte contre moi. Leur accusation ? « Mauvaise conduite en matière de recherche », fondée sur le postulat absurde que les rédacteurs en chef des revues qui acceptaient nos articles intentionnellement dérangés étaient des « sujets humains ». J’ai été reconnu coupable de ne pas avoir reçu l’autorisation d’expérimenter sur des sujets humains.

Pendant ce temps, l’intolérance idéologique a continué de croître à Portland State. En mars 2018, un professeur titulaire a perturbé une discussion publique que j’organisais avec l’auteur Christina Hoff Sommers et les biologistes évolutionnistes Bret Weinstein et Heather Heying. En juin 2018, quelqu’un a déclenché l’alarme incendie pendant ma conversation avec le critique culturel populaire Carl Benjamin. En octobre 2018, un activiste a arraché les fils du haut-parleur pour interrompre un panel avec l’ancien ingénieur de Google James Damore. L’université n’a rien fait pour mettre fin à ces comportements ou y remédier. Personne n’a été puni ou sanctionné.

« Bien que je sois reconnaissant d’avoir eu l’occasion d’enseigner à Portland State pendant plus de dix ans, il est devenu clair pour moi que cette institution n’est pas un endroit pour les personnes qui ont l’intention de penser librement et d’explorer des idées. »

Peter Boghossian.

Pour moi, les années qui ont suivi ont été marquées par un harcèlement continu. Je trouvais sur le campus des prospectus me représentant avec un nez de Pinocchio. Des passants m’ont craché dessus et m’ont menacé alors que je me rendais en cours. Des étudiants m’ont informé que mes collègues leur disaient d’éviter mes cours. Et, bien sûr, j’ai fait l’objet d’autres enquêtes.

J’aimerais pouvoir dire que ce que je décris n’a pas eu de conséquences personnelles. Mais cela a eu exactement l’effet escompté : une vie professionnelle de plus en plus intolérable, sans la protection de la titularisation.

Il ne s’agit pas de moi. Il s’agit du type d’institutions que nous voulons et des valeurs que nous choisissons. Toute idée qui a fait progresser la liberté humaine a toujours, et sans exception, été initialement condamnée. En tant qu’individus, nous semblons souvent incapables de nous souvenir de cette leçon, mais c’est exactement à cela que servent nos institutions : à nous rappeler que la liberté de remettre en question est notre droit fondamental. Les institutions éducatives doivent nous rappeler que ce droit est aussi notre devoir.

La Portland State University a manqué à ce devoir. Ce faisant, elle a manqué non seulement à ses étudiants mais aussi au public qui la soutient. Bien que je sois reconnaissant d’avoir eu l’occasion d’enseigner à Portland State pendant plus de dix ans, il est devenu clair pour moi que cette institution n’est pas un endroit pour les personnes qui ont l’intention de penser librement et d’explorer des idées.

Ce n’est pas le résultat que je souhaitais. Mais je me sens moralement obligé de faire ce choix. Pendant dix ans, j’ai enseigné à mes étudiants l’importance de vivre selon ses principes. L’un des miens est de défendre notre système d’éducation libérale contre ceux qui cherchent à le détruire. Qui serais-je si je ne le faisais pas ?

Sincèrement,

Peter Boghossian

__________
1. Les enquêtes au titre IX font partie de la loi fédérale visant à protéger « les personnes contre la discrimination fondée sur le sexe dans les programmes ou activités d’éducation qui reçoivent une aide financière fédérale ».

Source : lettre publiée en anglais sur le blog Common Sense with Bari Weiss, 8 septembre 2021.


Référence

« États-Unis : un professeur d’université démissionne harcelé par des étudiants «woke' », Le Figaro étudiant, 10 septembre 2021.

Auteur : Gabriel des Moëres

Vieux gaulliste, républicain exigeant, humaniste et conservateur.

8 commentaires

  1. On a ce qu’on mérite. le problème n’est pas le délire nihiliste de tous ces … – j’aime mieux ne pas les définir- .mais l’absence de colonne vertébrale et de consistances des milieux conservateurs , qui finalement se couchent devant ces revendications insensées. en France comme ailleurs à quelques exceptions brillantes près. le combat, car il s’agit d’un combat pour la survie d’une pensée libre ne fait que commencer.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est guère optimiste mais loin d’être absurde… Les pénuries et redistributions de ressources (terres arables, eau potable, matières premières essentielles…) occasionneront ce qu’elles ont toujours occasionné dans l’histoire : convoitises, conquêtes, soumissions. Le besoin de sécurité des populations prendra le pas sur toute autre considération et favorisera le retour de régimes de type fasciste. Bien malin, en revanche, celui qui peut dire que quelles idéologies ces régimes s’appuieront. Je pense que la perte actuelle de repères, le désarroi général, laisse le « jeu » très ouvert sur ce plan.

      Aimé par 1 personne

      1. La probabilité des monothéïsmes (y compris l’athéïsme totalitaire, cette forme de monothéïsme qui ne laisse paraître que sa face matérialiste) me semble forte, « un seul dieu, un seul chef, un seul peuple » si cela rappelle quelque chose !!

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s