Réédition canadienne

Comme suite à la polémique soulevée par l’autodafé commis par le conseil scolaire catholique de la province de l’Ontario, nous avons bien envie de partager cette excellente réflexion d’un jeune Québécois, Charles Olivier, un brin ironique mais surtout soigneusement sourcée et qui fait honneur tant à Hergé qu’à l’esprit critique :


Hier (7 septembre 2021), un article du journaliste Thomas Gerbet chez Radio-Canada rapportait qu’un Conseil scolaire ontarien avait jeté, brûlé et enterré certains ouvrages « accusés de stéréotypes »1. Par ailleurs, il appert que l’organisation ait agit selon les recommandations d’une prétendue « gardienne du savoir autochtone » et coprésidente de la Commission autochtone du Parti libéral du Canada, Suzy Kies. Nous apprenions ce matin (8 septembre 2021) que cette dame s’est pratiquement inventée un passé généalogique autochtone2. Toujours est-il que le livre Tintin en Amérique figure parmi les ouvrages décriés. À ma connaissance, aucune association autochtone du Canada n’a formulé une demande de retrait de cette publication d’Hergé. Peu impressionné par les conclusions de madame Suzy Kies, je me suis prêté à l’exercice de lire par moi-même ladite bande dessinée et d’en produire une certaine analyse. N’y voyez pas un geste de provocation de ma part.

Tintin en Amérique date de 1932 et, par conséquent, s’inscrit dans la période du Krach boursier, de la prohibition de l’alcool un peu partout aux États-Unis et de la forte présence du gangstérisme dans les métropoles. Force est de constater que ce dernier élément perdure encore aujourd’hui. Le récit débute avec l’enlèvement du reporter Tintin, car celui-ci est parvenu à enrayer les opérations d’exploitation de diamant menées par la bande du célèbre mafieux Al Capone au Congo3. Déjà, le lecteur avisé y verra une critique de l’auteur Hergé quant au système d’asservissement des populations locales (notamment d’Afrique) par des bandes criminalisées occidentales vis-à-vis l’exploitations des richesses naturelles sur différents continents du Sud. 1-0 pour Hergé.

C’est en apprenant la courageuse lutte à Al Capone qu’un gang rival de Chicago tente sans succès de recruter Tintin parmi ses membres. Pour échapper à la colère de son adversaire, le héros est contraint de se réfugier hors de la métropole de l’Illinois4. C’est à ce moment que Tintin fait connaissance avec les autochtones. Les interactions de Tintin avec eux reflètent certains stéréotypes de l’époque, mais l’œuvre ne devrait pas vous transformer en adepte du racisme. Bien au contraire ! En fait, Tintin observe malgré lui que le territoire de chasse des autochtones est menacé par différents spéculateurs fonciers qui s’acharnent à monter les groupes les uns contre les autres dans l’espoir que les autochtones s’éliminent entre eux5. Poursuivi à la fois par les autochtones persuadés que Tintin n’est rien d’autre qu’un pilleur de territoire de chasse et le gang rival d’Al Capone, Tintin parvient à s’échapper dans une grotte dont la seule issue possible est de générer une puissante explosion. Par inadvertance, la détonation déclenchée par Tintin extirpe du pétrole enfoui dans les terres ancestrales autochtones. En page 29 du livre, Hergé expose le sort terrible affligé aux nations autochtones depuis longtemps : l’armée repousse violemment le peuple de ses terres afin que les autorités puissent y bâtir des installations pétrolières. Des représentants cupides de compagnies pétrolières offrent même des sommes pharaoniques à Tintin dans l’espoir que celui-ci cède la parcelle de terrain. Je cite la réponse de Tintin dans la sixième bulle : « Je regrette infiniment, messieurs, mais ce puits de pétrole ne m’appartient pas. Il est la propriété des Indiens Pieds-Noirs qui occupent la région. » Tirez vos propres conclusions. Pour ma part, j’y vois presque un parallèle avec un certain oléoduc de Colombie-Britannique acheté à grands frais par le gouvernement de Justin Trudeau6 sans véritable consultation des Premières Nations7. Nous sommes en droit de se demander si cela préoccupait la « gardienne du savoir autochtone » et coprésidente de la Commission autochtone du Parti libéral du Canada, Suzy Kies ? 2-0 pour Hergé.

Je me permets un bref résumé pour la suite de l’histoire qui est plutôt fictive. Tintin retourne à Chicago, mais son chien Milou est enlevé par les gangsters qui le traquent depuis les premiers moments de l’histoire. Néanmoins, cette péripétie amène Tintin à visiter une usine de conserveries de viande, à l’évidence propriété de la MAFIA locale. Le personnage principal est rapidement confronté à une grève syndicale pour une question de rachat d’approvisionnement peu ragoûtante qui désavantage les travailleurs sous-payés de l’usine8. Cet événement coïncide justement avec la possibilité pour Tintin de s’échapper des malfaiteurs, mais illustre en grande partie les mauvais traitements de la classe ouvrière des années 30 et des bandits présents dans l’industrie de la viande avariée. 3-0 pour Hergé.

Enfin, comme on peut le prévoir, Tintin parvient à capturer les gangsters grâce aux policiers et conclut son escapade en Amérique. Ce triste épisode du Conseil scolaire ontarien nous rappelle à quel point la liberté d’expression ne tient qu’à un fil. Pour tout dire, un travail universitaire entier pourrait être consacré à l’étude de cette bande dessinée. Pour ma part, je vous encourage fortement à lire la série complète de Tintin, œuvre magistrale signée Hergé. Cet homme était de son époque et permettait à tous de « voyager » à travers un personnage iconique. Ne vous laissez pas berner par le politiquement correct, mais lisez plutôt les œuvres par vous-même, détectez les usages & coutumes qui ont évolués et surtout dialoguons dans le respect !

__________
1. https://ici.radio-canada.ca/…/livres-autochtones…
2. https://ici.radio-canada.ca/…/livres-suzy-kies…
3. Tintin en Amérique, aux p. 1 à 4.
4. Id., aux p. 9 à 16.
5. Id., aux p 19 à 24.
6. https://ici.radio-canada.ca/…/ottawa-prix-pipeline…
7. https://www.journaldemontreal.com/…/trans-mountain…
8. Tintin en Amérique, à la p. 54

P.S. Je souhaite bien modestement lancer un débat de société.

Auteur : Gabriel des Moëres

Vieux gaulliste, républicain exigeant, humaniste et conservateur.

Un commentaire

  1. Monsieur,
    Je suis belge. Dans mon pays, il est très mal vu de critiquer le créateur de Tintin, considéré comme une gloire nationale. Au Musée Hergé de Louvain-la-Neuve, on chercherait en vain la moindre allusion à son passé trouble. Cependant ses nombreuses compromissions avec les milieux pro-nazis sont connues. Ainsi, pendant la Seconde Guerre mondiale, ses bandes dessinées ont-elles été publiées par Le Soir dit « volé », un journal qui promouvait la collaboration avec l’occupant. Hergé était antisémite, sans l’ombre d’un doute. Pour preuve, cet extrait de la version de 1942 de « l’Étoile mystérieuse ». La scène se passe devant un magasin affichant l’inscription « LEVY » sur sa vitrine. Quatre personnages interviennent : le prophète Philippulus, Tintin et deux Juifs, qui ressemblent en tous points aux caricatures de la propagande nazie.
    Philippulus — « Oui, nous aurons la peste ! … La peste bubonique ! … Et le choléra ! … Et ce sera la fin du monde, valet de Satan ! … »
    Tintin — « Ce qu’il peut être agaçant, celui-là. »
    Premier Juif — « Tu as entendu, Isaac ? … La fin du monde ! … Si c’était vrai ? … »
    Second Juif — « Hé ! Hé ! Ce serait une bonne bedide avaire, Salomon ! … Che tois 50.000 FRS à mes vournizeurs … Gomme za che ne tefrais bas bayer … »
    Voilà ce qu’écrivait cet homme dont vous dites qu’il était de son époque. Il l’était en effet, mais de la façon la plus immonde.
    Bien à vous,

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s